Reve Ange Accueil
David Monfils l'Auteur
Reve Ange Roman
Reve Ange Extrait
Contacter l'auter David Monfils
Commentaires sur le roman Reve Ange
Revue de Presse
Nouveau livre : Dunes et d'autres
Dunes et d'autres
Sous le Rêve de l'Ange
 

Extraits

 
 
Le début du roman :

 

« Le réveil de son portable fit entendre quelques notes aiguës qui sortirent immédiatement Alexandre de son sommeil. Il regarda l’heure. L’horloge digitale de l’appareil affichait 5 h 25. Son avion décollait à 6 h 45 et il avait déjà rassemblé ses affaires la veille. Il disposait d’encore un peu de temps devant lui mais ne souhaita pas rester allongé, de peur de se rendormir. Il sortit du lit, sans un bruit, pour ne pas réveiller la jeune femme étendue à ses côtés. Il quitta la chambre et referma la porte derrière lui. »

Un premier extrait :

 

« A trente-six ans, Claire avait réussi un stupéfiant parcours professionnel, sans aucune faute. Pourtant au fond d’elle-même, elle n’était pas réellement heureuse. En ce mercredi 08 juin, les yeux rivés sur le message d’un certain Denis Longlois, elle venait de prendre subitement conscience qu’elle n’avait réalisé aucun de ses rêves d’adolescente. Et que c’est pour mieux oublier cette réalité, qu’elle se noyait chaque jour dans le travail comme dans le sport… (…) La vérité était que la Claire qu’elle était devenue, impitoyable femme d’affaires, jolie, intelligente et indépendante faisait désormais peur aux hommes, en bouleversant leur conception fragile et dépassée de leur virilité vacillante. Cette soudaine prise de conscience lui fit à son tour terriblement peur… »

Un deuxième extrait :

 

« Alexandre était ainsi parvenu à laisser sa nature profonde s’exprimer, sans chercher à importer les rêves d’autrui dans sa propre existence. Il était devenu l’un de ces êtres profondément libres, capables d’un permanent renouvellement de ses rêves et payant la rançon de cette liberté d’un terrible inconfort pour tout son entourage… »

Un troisième extrait :

 

« Comme l’avait écrit Aragon, Alexandre pensait que la femme est l’avenir de l’homme. Ou plus exactement que l’élément féminin est celui de l’humanité. S’il voulait ne pas être broyé par son siècle, il incombait à l’homme d’intégrer rapidement ces qualités à son propre mode de fonctionnement. C’était d’ailleurs là un des paradoxes les plus marquants d’Alexandre que de laisser s’exprimer sa propre part de féminité. Il la voyait comme son avenir à lui. C’est pour cela aussi qu’il aimait s’entourer de femmes… »

Quelques phrases à retenir :

 

«  En perdant son dernier compagnon, Claire avait retrouvé toute sa puissance à rêver.  »

 

«  En fait, Alexandre aimait les mots plus que les réalités comme il disait aimer l’idée de l’amour plus que l’amour lui-même.  »

 

«  Très vite il avait perçu que même lorsqu’ils servent à mentir, les mots disent toujours la vérité.  »

 

«  Elle savait à quel point les hommes du 21ème siècle peuvent avoir peur des femmes trop volontaires, qui bouleversent leur conception de la féminité. »

 

«  Le piège de l'amour c'est que l'on croit que c'est de l'amour quand ça nous travaille au fond des tripes.  »

 

«  La dépendance affective n'est pas de l'Amour, ni même de l'amour... C'est l'éternelle histoire d'une conception inadaptée de l'amour.  »

 

«  Il arrive dans l’existence que des mensonges soient des actes d’amour bien plus beaux que n’importe laquelle des vérités.  »

 

«  Il y a parfois plus de vie dans les romans que dans l’existence elle-même.  »